Genèse du film

    En 2003, Edouard Mills-Affif, documentariste, était le premier à témoigner de la percée du Front national dans le bassin minier (Pas-de-Calais), une terre de gauche blessée devenue un terrain de chasse idéal pour l’extrême droite. Au pays des Gueules noires : la fabrique du Front national  (52’) pénétrait dans les coulisses du laboratoire de Steeve Briois et dévoilait la face cachée de la stratégie de « dédiabolisation » chère à Marine Le Pen. Avec Bassin miné , le réalisateur poursuit ce travail de décryptage, àjusqu’aux élections municipales, qui ont vu Hénin-Beaumont basculer du Parti socialiste vers le Front national. Le récit, sur une décennie, d’une méthodique conquête politique.

    Avec ce film, nous désirons nous engager sur cette voix étroite, consistant à éviter à la fois les pièges du documentaire militant, du film de combat anti-FN, caricaturant les personnes filmées et diabolisant « l’ennemi », et les pièges de la chronique dite « objective » qui, à trop vouloir respecter le principe de neutralité, risque de basculer dans une complaisante empathie à l’égard du Front national, en l’absence de contrepoint et d’un point de vue explicite.

     

    Ce film a pour décor Hénin-Beaumont, petite ville de 26 000 habitants, devenue célèbre pour être le laboratoire du Front national, le «fief de Marine Le Pen», comme l’ont surnommé les médias. 

    Si la direction du Front national a fait d’Hénin-Beaumont sa vitrine, c’est tout simplement parce que c’est l’un des rares endroits en France où il est véritablement un parti d’élus de terrain et de militants, implanté dans tous les recoins de la vie locale. La seule ville de France où le FN est le parti populaire dont rêve Marine Le Pen. C’est la raison pour laquelle les journalistes ont été systématiquement aiguillés depuis dix ans vers Hénin-Beaumont, la vitrine au miroir déformant, le monde enchanté du FN !

    En 2003, j’avais filmé pendant plusieurs mois l’activisme militant d’un jeune conseiller municipal FN, alors inconnu. Un certain Steeve Briois, infatigable bateleur, présent sur le terrain sept jours sur sept, 365 jours par an.

    En quête de notoriété, Steeve Briois et Bruno Bilde, son conseiller de l’ombre, avaient accepté de m’ouvrir les portes de leur laboratoire. J’ai donc pu filmer leurs méthodes, au jour le jour. Sans m’imaginer alors que ces techniques d’implantation et d’enracinement local, serviraient aujourd’hui de référence dans les stages de formation des cadres du FN.

    La force de ce modèle est d’associer d’un côté le militantisme de terrain, dans la pure tradition du Parti communiste, et de l’autre, les techniques du marketing politique, des « plans médias » et de la propagande moderne. Un prototype que les frontistes estiment reproductible partout ailleurs en France.

    Je suis revenu à Hénin-Beaumont une seconde fois, lors des législatives de 2012. Je décidai de changer l’axe de ma caméra, en me mettant, cette fois, du côté des résistants au FN.

    Je voulais rendre visible cet angle mort médiatique, constitué par tous les Héninois anti-frontistes. Cette moitié-là, pourtant encore majoritaire, n’a étrangement jamais voix au chapitre, seuls les anciens électeurs communistes et socialistes, ayant basculé vers le FN, suscitent la curiosité des journalistes. Hénin-Beaumont n’est pas « facholand », ce n’est pas le « fief de Marine Le Pen » qui n’a, pour l’heure, jamais emporté le moindre scrutin local.

    Dix ans plus tard, Steeve Briois avait pris de l’embonpoint et des allures de notable. Conseiller municipal et régional, il s’est hissé au sommet de l’appareil frontiste. Membre du bureau politique, depuis 2007, propulsé secrétaire général du FN, en 2011, il fait désormais partie de la garde rapprochée de Marine Le Pen.

    Je suis retourné une dernière fois à Hénin-Beaumont pour filmer la campagne des municipales. Avec pas moins de cinq listes concurrentes à gauche, dont celle de Gérard Dalongeville (l’ancien maire socialiste, condamné, en août 2013, à trois ans de prison ferme pour détournement de fonds publics) et une droite quasi inexistante, Steeve Briois le candidat du Front national était donné comme le grand favori pour rafler ce bastion socialiste depuis 1953. Il l’a remporté dès les premier tour !

     

    Bassin miné est un film de décryptage, qui jette un regard lucide sur dix ans de percée de l’extrême droite dans le bassin minier. Sans complaisance vis-à-vis du Front national, mais également à l’égard des socialistes du Pas-de-Calais, qui ont perdu le nord, et des médias nationaux qui, à Hénin-Beaumont plus qu’ailleurs, se sont laissés prendre dans les filets de la stratégie de «dédiabolisation» du FN.

    Un documentaire pour comprendre les ressorts d’une conquête et dévoiler la face cachée de la bataille de l’image, noyau dur de la stratégie frontiste. Un film qui n’apporte pas de réponses, mais qui donne les clés et identifie les leviers de la reconquête. Un outil de débat.

    Un projet participatif. Grace à ce blog, vous avez pu suivre la construction du film in vivo, au fil des tournages. Extraits, rushs à l’état brut, interviews, analyses et commentaires sont publiés sur ce carnet de route pour vous permettre de partager, commenter et ainsi participer à l’aventure avec nous.

    Pourquoi une souscription? En réponse au sous-financement croissant du documentaire d’auteur, nous avons proposé ce système participatif. La souscription garantit une plus grande liberté de ton aux œuvres. Sans intermédiaires, vos dons ont été entièrement investis dans la fabrication du film.

    Qui sommes-nous ? L’association Passerelles est une coopérative de production de documentaires qui réunit depuis 1993 des professionnels de la culture, du cinéma, de l’audiovisuel et des nouveaux médias. Pour en savoir plus.

    La souscription est terminée, mais vous pouvez toujours participer en vous procurant le DVD.

    Pour acheter le DVD, c’est ici           Retour aux articles  

    2 commentaires sur “Genèse du film

    1. Bonjour,

      Savez-vous que le Fresnoy à Tourcoing accueille des projets extérieurs ? Suite à un dépôt de dossier, vous pouvez ainsi bénéficier de matériel sous forme d’apport en industrie, il peut s’agir du tournage ou post production image ou son.
      Si vous souhaitez plus de renseignements, n’hésitez pas à me répondre.
      Bien à vous,
      Guylaine Huet
      Chargée de production

    2. je soutiens votre entreprise financièrement ( malgré mes petits revenus de retraitee des ptt ) et surtout politiquement . cependant je fais partie de LA VRAIE GAUCHE et le candidat pc a henin Beaumont aux municipales 2014 qui a rejoint la liste ps a été pour moi une trahison que je condamne .
      je soutiens toutes les initiatives qui favorisent l education populaire qui nous manque tant.. car il ne faut pas compter sur les moyens de communication tenus par les chiens de garde pour eclairer intelligemment le peuple.. j aurais tant a dire !!!! CONTINUEZ votre combat juste avec d autres comme vous .. ex daniel mermet et son emission de France inter la bas si j y suis tous les jours de 15h a 16 h sauf le vendredi qui lui a été supprime comme par hasard !! . COURAGE on ne baisse pas les bras

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>